La barque

Laura, une femme seule, a décidé d’en finir avec la vie. Elle demande à une agence d’organiser son dernier week-end. Cette agence lui vend en échange de tout ce qu’elle possède, un voyage bien particulier sur une barque qui descendra un fleuve jusqu’à la terre des taureaux et à la mer, et là…
Pour cet ultime combat contre la solitude, l’agence lui fait rencontrer Alain, célibataire lui aussi et qui a signé comme elle pour un dernier voyage à deux. Les voilà embarqués, le temps d’un samedi-dimanche, leur premier et dernier samedi-dimanche. Ils ont deux jours “à eux”, comme d’autres couples ont deux mois ou vingt ans pour vivre ce que vivent les couples avant de disparaître en haute mer. Deux jours pour se connaître, s’aimer, ou se haïr, en tout cas pour ne plus être seuls.
Voilà le point de ce week-end d’un type très particulier, où Laura va bien vite prendre du plaisir à la présence d’Alain. Si elle pouvait arrêter le temps, descendre de la Barque, et qui sait recommencer sa vie avec cet homme !… Et lui, qu’en pense-t-il ? Et l’agence dans tout ça ?…
Le texte de “LA BARQUE” a obtenue plusieurs distinctions :
Le texte a obtenu le concours du Centre National des Lettres, édité aux Editions Jacques Brémond, préfacé de Léo Ferré.
Le comité de lecture de France Culture a retenu ce texte pour une émission dramatique – dans le cadre du nouveau répertoire – Direction Lucien Attoun. Réalisation : Evelyne Fremy. Avec pour cette dramatique : Francine Berger dans le rôle de Laura et Jean Leuvrais dans le rôle de Jean.
La Société des Auteurs Dramatiques a sélectionné ce texte pour être l’un des manuscrits qui ont été lus au Théâtre Essaïon Paris le samedi 5 octobre 85.
“LA BARQUE ” traduite en langue italienne par Luciano Nattino, avec le concours de Giano Renzo Morteo (Professeur à l’Université de Milan et traducteur d’Eugène Ionesco en Italie).
Le spectacle sera créé a Asti dans le cadre du Festival d’Auteurs Contemporains en juin-juillet 86, par la compagnie Magopovero.

Facebooktwittergoogle_pluslinkedinmail