Ode à Canto

S’inspirant du voyage au pays des Tarahumaras de l’extraordinaire Antonin Artaud.

Un carré de pelouse, le public tout autour comme dans un stade. En attendant de purger sa punition en 1995 suite à son coup de « kung-fu … foot », Cantona, le footballeur de Manchester, et Lorenzo, son petit ramasseur de balles, échangent des ballons et des mots. Lorenzo a la particularité d’entendre des voix, dont celle d’Artaud, poète lucide et désespéré. Nous assistons alors à la rencontre de deux écorchés vifs, deux Marseillais exilés à la recherche de l’impossible.

Facebooktwittergoogle_pluslinkedinmail